Le site généalogique de tous les Lancesseur

Vous avez des questions , des informations, des documents, des photos, des corrections à apporter ? Ecrivez-moi :

Dernière mise à jour: 25 juillet  2019

 Bruno Lancesseur - 17, voie des huards - 41700 Cour-Cheverny 

Généalogie: les branches LANCESSEUR

On trouve aujourd'hui des LANCESSEUR un peu partout en France. Mais au 17ème siècle, ils vivaient essentiellement en Normandie. La branche la plus ancienne a pris racine dans l'Avranchin, la plus petite aux Baux de Breteuil (27) et la plus prolifère à Rouen (76 Saint-Etienne - du - Rouvray). La parenté entre ces trois branches n'a jamais pu être établie, mais la rareté du nom, et sa concentration ancienne en Normandie poussent raisonnablement à penser qu'elle a pu exister.

Origine du nom LANCESSEUR

Le nom de LANCESSEUR, viendrait du latin " ANTECESSOR " mot qui a une double signification :

l'ancêtre, celui qui précède ; mais c'était aussi le nom qui désignait  un éclaireur dans la légion romaine.

Par ailleurs on sait  qu'un lieu-dit nommé "LANCESSOURIES" ou L'ENCESSOURIE , dans la Manche, sur la commune de Saint-Jean-le-Thomas, en face du Mont Saint-Michel, fut le fief du noble Ecuyer Jehan LANCESSEUR Ecuyer Seigneur du Belinays au XIII ème siècle. Avait-il donné son nom à ses terres ou portait-il le nom de ses terres ?

 

Le nom s'est orthographié différemment au cours de siècles : l'Ancesseur, l'Anceseur, Lancezeur, Lanceseur, et enfin Lancesseur. Lancezeur est la traduction bretonne du nom.

 

Un groupe d'historiennes religieuses alsaciennes rapporta, au début du XXème siècle, à Edmond LANCESSEUR, première source des données généalogiques en ma possession, que la devise  LANCESSEUR au moyen âge, fut :

" Pour garder des Ancesseurs, les noms, les faits et l'honneur".

Conservons donc cette belle devise pour toute notre famille !

 

La branche avranchaise (50)

On retrouve donc dés le 13ème siècle un certain Jehan LANCESSEUR Ecuyer, dont le fief s'étendait dans la Manche (50) au nord-ouest d'Avranches.

"LANCESSOURIES" est un lieu-dit, qui existe encore sur la commune de Saint-Jean-le-Thomas  à une dizaine de kilomètres au nord-ouest d'Avranches.

Plus tard semble-t-il ses descendants s'établissent dans une propriété qui porte le nom de "La POLINIERE" à quelques kilomètres de là, à BACILLY.

Les archives des paroisses avoisinantes (Avranches , Bacilly ,Vains..) et leurs cimetières regorgent d'actes et de sépultures aux noms de "LANCESSEUR" .

Le Blason héraldique de cette famille anoblie depuis au moins la fin du XIème siècle est ainsi décrit:

"D'argent a trois besans d'azur".

"Argent" est la couleur grise du fond du blason."Azur" est la couleur bleue.

Le Besan (ou Tourteau en langage héraldique) était une monnaie d'or byzantine, ce qui laisse à penser que cette famille aurait été anoblie en récompense de courageux faits de guerre par un ou plusieurs de ses membres pendant la première Croisade.

On trouve encore à Lancessouries un très vieux linteau de porte en pierre sur lequel sont gravées ces armoiries. 

D'argent a trois besans d'azur disposés deux et un

 

Les Lancesseur de cette branche avranchaise ont migré au cours des siècles, certains vers la Sarthe et la Vendée où ils se sont établis durablement et d'autres vers la haute Normandie pour fonder peut-être la branche de Saint-Etienne-du Rouvray (76) ou/et la branche de Baux-de-Breteuil (27).Malheureusement il ne reste plus beaucoup de représentants directs de cette branche avranchaise anoblie  depuis la nuit des temps.

Noblesse et particule de la branche avranchaise

Les Lancesseur de la branche avranchaise ont été anoblis depuis au moins la fin du XIème siècle, vraisemblablement parce que, au moins un membre d'entre eux avait participé glorieusement à la première croisade. On parle de noblesse d'extraction ou même chevaleresque.

S'il s'agit du plus petit grade de la noblesse (écuyer) il n'en reste pas moins que la France compte très peu de vraies familles nobles d'extraction ou chevaleresque, depuis plus de 1000 ans.

Durant l'ancien régime, avant la révolution, la particule reliait majoritairement le nom de famille au nom de son fief : Jehan Lancesseur , écuyer, Seigneur du Belinay, ou Jehan Lancesseur de la Polinière.

La majorité des familles nobles ne portait pas de particule avant leur nom de famille.

Le nom "de Lancesseur" n'était donc pas usité.

C'est après la révolution française de 1789, que le port de la particule a été mis "à la mode", en quelque sorte. C'est Gabriel René de Lancesseur ( 1756-1808) qui semble-t-il a ajouté devant son nom cette précision spatio-temporelle, sans doute pour ne pas se perdre.

 

En effet, ayant quitté le fief historique de leurs ancêtres les Lancesseur du 19ème siècle, ne pouvaient plus s'y référer dans leur nom (Jehan Lancesseur Ecuyer, Seigneur de la Polinière ou du Bélynay). Par ailleurs la noblesse d'Empire, après la révolution se marquait essentiellement par vanité de cette particule.

C'est probablement la raison pour laquelle Gabriel (de)Lancesseur a fait passer le "de", de derrière à devant son patronyme et être reconnu noble quelque furent ses déménagements!

"Non, non la naissance n'est rien sans la vertu" ( Molière)

Et pour l'illustrer Yvonne de LANCESSEUR a été une vraie héroïne de la résistance durant la seconde guerre mondiale et mérite bien là son titre de noblesse!

(ndlr: si vous avez des renseignements à son sujet, merci de me les adresser, j'aimerais ouvrir une page pour lui rendre hommage.) 

Les branches des Baux- de-Breteuil (27)

Quelques LANCESSEUR comtemporains descendent  de cette lignée, dont le plus ancien  représentant s'appelait Pierre LANCESSEUR, marié le 26 novembre 1729 avec  Marie EUDES. Aujourd'hui nous n'avons pas pu relier ses descendants à l'une des deux autres branches.

Les branches de Saint-Etienne-du-Rouvray (S.E.R) , d'Amiens et de Bonsecours (76)

Comme nous le disions au début de cette page, la branche de Saint-Etienne-du-Rouvray (S.E.R) est la plus féconde. Elle remonte à Etienne LANCESSEUR, né vers 1620 , et qui épousa Catherine HISTIN ( ou HESLIN ) son nom de famille est assez mal écrit sur l'acte de mariage. De cette union naîtra la très grande majorité des LANCESSEUR ayant vécus à S.E.R.Vous retrouverez toute cette descendance dans les pages suivantes.

La première migration familiale intervient très tôt avec le petit-fils de notre grand aïeul et qui porte le même prénom, Etienne LANCESSEUR; il est né le 23 avril 1690 à Saint-Etienne-du-Rouvray. Il épousera Marie-Hélène LEROUX en 1715 à Amiens. Le jeune couple s'y établi définitivement et donne donc naissance à la branche d'Amiens.

Le nom de sa fiancée (LEROUX) étant courant à S.E.R à cette époque, on peut donc penser qu'il aurait quitté S.E.R avec elle.

 

Un peu plus tard, c’est Pierre LANCESSEUR (1756) fils de François qui franchit la Seine et quitte S.E.R pour s’installer avec son épouse Marie CLAVIER à Notre-Dame-de-Franqueville ( aujourd'hui Franqueville-Saint-Pierre) Ce ne sont que 2 kilomètres qui séparent Saint-Etienne-du-Rouvray à Franqueville mais il fonde ainsi la branche de Bonsecours encore présente de nos jours.

C'est l'arrivée du train à S.E.R dans la deuxième moitié du 19ème siècle, et les commodités de la ville de Rouen, qui accélérera la migration des Lancesseur.

On trouve toujours aujourd'hui beaucoup de descendants d'Etienne Lancesseur en Normandie, mais aussi dans les départements des Bouches du Rhône, de l'Ain, de la Charente Maritime, de l'Isère, de la Savoie, du Loir et Cher, et bien sûr en région Parisienne.

La présence de nombreux LANCESSEUR à (76) Saint-Etienne du Rouvray au fil des siècles est corroborée par plusieurs citations dans le livre de Pierre DUCHEMIN - Histoire de Saint-Etienne du Rouvray , que vous pouvez peut-être encore trouver sur Amazon.

 

En voici quelques extraits :

 

 Page 80 - "Dans aucune paroisse nous n'avons encore trouvé pareil nombre d'individus portant le même nom, à tel point qu'il faut leur donner des sobriquets pour arriver  à les distinguer. Ainsi nous trouvons : 4 familles ANCEL, 3 BACHELET, 5 BAZIN,...9 familles LANCESSEUR..."

 

Ailleurs il est relaté page 124, que, en 1790, " les trois plus anciens de la commune, dont un certain Bernard LANCESSEUR, faisaient partie du bureau provisoire , pour organiser le vote du premier conseil municipal..."

 

 

Enfin page 242 : "Le 28 décembre, l'assemblée municipale est appelée à dresser le tableau des vieillards, infirmes et mendiants de la commune; les vieillards et les infirmes y figurent au nombre de 14, et les mendiants au nombre de 37. Toutes les mesures seront prises pour subvenir à leurs besoins.

Cette liste nous révèle qu'à Saint-Etienne du Rouvray, même encore à cette époque, les surnoms étaient forts en honneur, et quels surnoms ! Ainsi on trouve : la veuve LANCESSEUR dite Galotte, LANCESSEUR dit Roquet..."